Добредојдовте
  • Users with e-mails at mail ·ru, aol ·com and gmx ·com to contact admins for registration.
  • Новорегистрираните членови повратниот одговор од форумот за активирање на сметката нека го побараат и во Junk на нивните пошти.
  • Сите регистрирани членови кои неучествуваат во дискусиите три месеци автоматски им се брише регистрацијата

 

Thread Rating:
  • 1 Vote(s) - 5 Average
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Македонските медии за България
Author Message
Valkanizater Offline
Senior Member
****

Posts: 431
Joined: Feb 2011
Reputation: 15

(14-02-2013, 06:11 PM)Топорчо Wrote: „Фигаро“: Турбофолк скандал во Бугарија


Францускиот весник „Фигаро“ под насловот „Бугарија: Турбофолк скандал“ објави напис, посветен на турбофолкот во оваа земја и случајот со субвенции за бугарската музичка компанија „Пајнер медиа“.

- Доколку случајно се најдете во софиски ноќен клуб има голема веројатност дека ќе танцувате во ритамот на турбофолк музиката, која нема ништо заеднично со бугарската народна музика, туку повеќе наликува на разуздана верзија на поп фолк со диско ритам, турски примеси и традиционална ромска музика, нагласува весникот.

Овој вид на песни, додава „Фигаро“, ги пејат претежно жени, кои се лежерно облечени, а под облеката се гледаат нивните силикони.

- Во снимките на тие куклички, кои се како излезени од еротски филмови, се појавуваат и мажи со големи бицепси, кои позираат со луксузни автомобили, мафтаат со блескав накит и се обидуваат да ги имитираат гестовите на гангстерите. И покрај обидите да ги имитираат американските рап видео-записи, бугарските изгледаат кичесто. Но смешно или не тие турбо фолк спотови наидуваат на мошне поволен ветер. Всушност станува збор за виситнска турбо фолк индустрија, која во Бугарија се разви по падот на комунизмот, пишува „Фигаро“.

Весникот додава дека зад пејачките Глорија, Андреа или Преслава се кријат тајфа влијателни бизнисмени, а еден од нив е Митко Димитров. Тој ја раководи компанијата „Пајнер медиа“, една од најголемите во земјата, специјализирана за поп фолк музика.

- За оваа компанија се случи чудо. Таа беше избрана од ЕУ за доделување субвенции од 1,3 милиони евра (кои не треба да ги враќа). Парите се отпуштаат од програмата за развој со цел стимулирање на економската конкурентноспособност, додава „Фигаро“.

Оваа одлука не ги израдува сите Бугари, а уште повеќе и поради тоа што кон доделената сума самата држава додаде уште околу 150 илјади евра.

Познатиот режисер Аленсадар Морфов изјави дека има пад на моралните норми во Бугарија и додаде: „во нашата идиотска земја Бугарите можат да светот да му ја покажат својата култура“.

Пијанистот и композитор Антони Дончев финасирањето го означи како апсурдно, додавајќи дека турбофолк културата не треба да добива дополнителна помош.

Европската комисија се вмеша во случајот еден месец по избувнувањето на скандалот со субвенциите. Портпаролот на еврокомесарот за регионална политика изјави на 15 јануари дека Брисел сака спроведување истрага од страна на бугарските власти со цел да се утврди дали условитге за отпуштање на субвенциите биле испочитувани во врска со целите на „Пајнер медиа“. По тој обид самата компанија одлучи да се откаже од оваа „стипендија“.

http://www.sitel.com.mk/node/60171

Bulgarie : le scandale de la tchalgaMots clés : Chalga, Tchalga, Balkans, Kitsch, Bulgarie, Commission européenne, Europe
Laurène Daycard Mis à jour le 14/02/2013 à 10:27 | publié le 13/02/2013 à 20:07 Réactions (8)

Une firme spécialisée dans la pop version XXX devait recevoir 1,3 millions d'euros de Bruxelles. Les critiques envers cette subvention ont conduit la Commission européenne à exiger une enquête.

Si d'aventure il vous arrive d'atterrir dans un club de Sofia, vous avez de grandes chances pour vous retrouver à danser sur de la tchalga. Rien à voir avec un chant traditionnel bulgare. Il s'agirait plutôt d'une version débridée de pop-folk, mixant rythmes disco, sonorités turques et musique traditionnelle tsigane.
Dans l'écrasante majorité, ce sont les femmes qui interprètent cette musique. Et, de préférence en tenue légère, laissant poindre des poitrines siliconées. Quant aux gros bras qui accompagnent parfois sur les clips ces poupées X, ils posent près de voitures de luxe, agitent leurs bijoux rutilants et semblent essayer de singer les mimiques de gangsters. Malgré les tentatives pour contrefaire les clips de rap US, le résultat paraît inévitablement kitsch.
Vers une «taxe tchalga»?
Ridicules ou non, ces vidéos de tchalga ont le vent en poupe. Et une véritable industrie s'est développée depuis la chute du communisme pour promouvoir et produire cette musique. Derrière Gloria, Preslava et Andrea se cache d'ailleurs une poignée d'influents buisnessmen. Mitko Dimitrov en est un. Il dirige Payner media. L'une des plus importante société de diffusion du pays spécialisée dans la pop-folk.
Miracle pour sa boîte de production. Elle a été sélectionné pour recevoir 1,3 millions d'euros de l'Union européenne (non remboursable). À quel titre? Au nom du programme de développement pour «stimuler la compétitivité économique». Une subvention supposée favoriser la convergence économique des pays nouvellement intégrés au cercle européen. Une manne que la firme bulgare compte alors utiliser pour renouveler le matériel de tournage de leur chaîne musicale, Planeta TV, et embaucher trente personnes.
Sauf que la générosité de Bruxelles n'a pas fait que des heureux dans le pays. Surtout que l'État bulgare a ajouté presque 150.000 euros à l'enveloppe. Résultat, les critiques pleuvent. Selon le site Euractiv, journal en ligne dédié aux politiques de l'UE, «le compositeur Alksandar Morfov a indiqué qu'il existait une déchéance des normes morales en Bulgarie». Avant d'ajouter: «Évidemment dans notre pays idiot, c'est la culture que nous pouvons montrer au monde.»
Toujours selon la même source, le pianiste Antoni Donchev a quant a lui déclaré que le financement était «absurde», précisant que la «culture Tchalga ne devait pas recevoir d'aide supplémentaire». Tandis que le réalisateur Tedi Moskov a lancé une drôle d'idée: «Je crois vraiment que l'État devrait introduire une taxe sur les chanteurs et les auteurs de musique tchalga. Les revenus peuvent être utilisés pour aider l'art, le vrai.»
Sus à l'industrie du silicone
Par «vrai art», l'artiste souligne une réalité. Même si c'est un genre extrêmement populaire, la tchalga est taxée de musique pour beauf par une certaine élite culturelle. Ce n'est cependant pas pour endosser le rôle de policier du bon goût que la commission européenne est intervenue il y a un mois de cela.
L'institution a sûrement réalisé que l'aide financière allait plus promouvoir l'industrie du silicone plus que celle de la culture. La porte-parole de Johannes Hahn, le commissaire en charge de la politique régionale, a annoncé le 15 janvier dernier que Bruxelles a exigé l'ouverture d'une enquête par les autorités bulgares. Son but? «Déterminer jusqu'où les conditions du régime de subventions ont été remplies.»
Depuis ce rebondissement, la société de production a décidé de renoncer à cette «bourse». En attendant que l'enquête arrive à son terme, les politiques bulgares ont occupé le terrain de cette affaire. Les élections parlementaires se déroulent au cours de l'été prochain. Ainsi Sergei Stanishev, le chef de l'opposition socialiste, a-t-il accusé le pouvoir en place de chercher à acheter l'influence des médias à l'aide des fonds européens.
Et peu lui importe que la tchalga ait permis à une drag queen d'origine tsigane de devenir l'une des idoles du pays. Un comble si l'on sait les difficultés de la Bulgarie à tolérer ses minorités sexuelles et ethniques...

http://www.lefigaro.fr/musique/2013/02/1...chalga.php

Статията завършва негативно – тип – как е възможно в страна като България, нетолерантна към различието ...- да се слуша чалга – т.е. циганска музика;
Пропуснали се обаче да видят чуждестранното присъствие в чалготеките...видимо било, казват.


Sofia bloque les ambitions européennes de Skopje
Mots clés : Grèce, Macédoine, Bulgarie, Bruxelles, Nikola Gruevski
Par Alexandre Lévy Mis à jour le 12/12/2012 à 18:58 | publié le 12/12/2012 à 18:39 Réactions (2)

Depuis mardi, une vague de froid a saisi la capitale de la Macédoine, Skopje.

L'ouverture des négociations d'adhésion de la Macédoine est bloquée du fait de son conflit avec la Grèce, un front du refus qu'a rejoint la Bulgarie.

Sofia
Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont refusé, le 11 décembre, de fixer une date d'ouverture des négociations d'adhésion avec la Macédoine, notamment à cause du refus d'Athènes de reconnaître cette ex-République yougoslave sous ce nom, dont elle revendique les origines géographiques et culturelles. Mais c'est l'opposition de la Bulgarie qui a mis le feu aux poudres à Skopje, où les médias ont accusé Sofia de faire «le sale boulot des Grecs».
La Bulgarie, qui fut le premier pays à reconnaître la Macédoine en 1992, a justifié son refus par un regain de «rhétorique nationaliste» à Skopje. Les relations entre les deux pays connaissent régulièrement des pics de tension. Selon Sofia, cela est principalement dû à la politique du gouvernement de Nikola Gruev¬ski, qui s'est lancé dans de nombreux chantiers grandiloquents visant à prouver les «origines antiques» de la Macédoine, s'appropriant des pans entiers de l'histoire de ses voisins, notamment la paternité du cyrillique.
Pillage de l'histoire
Des monuments ont été érigés à la va-vite (d'Alexandre le Grand, de l'empereur Justinien, du roi Samuel de Bulgarie…) et des bâtiments au style néoclassique ont poussé comme des champignons dans le cadre du vaste - et coûteux - chantier «Skopje 2014». «C'est un pillage, s'emporte Bojidar Dimitrov, le directeur du Musée national d'histoire de Sofia. Ils se sont servis de l'Antiquité grecque et de toute l'histoire bulgare après le VIIe siècle pour bâtir leur fable.»
Le sort de la Macédoine sera de nouveau examiné au printemps prochain, selon Bruxelles. Avec désormais au menu, outre l'imbroglio sur le nom, la question du «bon voisinage» avec la Bulgarie.

http://www.lefigaro.fr/international/201...skopje.php

Иначе текстовете за Македония или македоно-българските отношения звучат долу-горе по същия начин...Смешното в случая е че България минава за франкофонска държава...от времето на Жельо Желев още; предполагам – Македония – също; във всеки случай за Попоски този език не е проблем...;
15-02-2013, 09:06 AM
Reply


Messages In This Thread
RE: Македонските медии за България - by Valkanizater - 15-02-2013, 09:06 AM